Site principal

Les différents lâchers

Écrit par Cayla Alix le . Publié dans Le projet

Conclusions et perspectives

A l’heure actuelle, nous avons effectué 8 tentatives de lâchers. A chaque lâcher, nous avons rencontré différents problèmes et, à chaque nouveau problème, nous avons trouvé une solution qui a permis à notre projet de s’améliorer pour arriver à notre dernier lâcher qui est le lâcher le plus abouti ! Cependant, il est toujours possible d’apporter des améliorations c’est pourquoi nous travaillons encore sur de nouveaux projets. Le ballon solaire peut donc être maintenant utilisé pour des études de l’atmosphère ou du sol en Collège et en Lycée en journée !

Projets pour l’avenir :
Afin d’améliorer la fiabilité de notre système, nous avons pensé à ajouter un temporisateur à notre circuit qui permettrait à un autre circuit de couper la corde au bout d’un certain temps si notre circuit principal rencontre un problème et ne fonctionne pas.
Nous avons aussi pensé à ajouter un micro-contrôleur qui nous permettrait de régler l’altitude de déclenchement du circuit et le temps de vol à partir d’un ordinateur.
Des élèves de classes préparatoires de notre lycée souhaitent utiliser notre ballon pour mesurer température et humidité en matinée jusqu’à une altitude de 6000m. Notre dispositif sera donc indispensable pour provoquer la redescente du ballon et éviter d’aller le récupérer à l’étranger au mieux, ou de le perdre dans la mer après plus de 12 heures de vol !



Doc. 20 : Récapitulatif des différents lâcher retraçant les problèmes rencontrés et les évolutions du dispositif

Comment utiliser le basculement du comparateur ?

Écrit par Guinard Julian le . Publié dans Le circuit de coupure

Dans un premier temps, nous avons pensé mettre un électroaimant (relais) à la sortie du comparateur avec une diode. Ainsi nous pensions que lorsque la tension passe à 9 V, l’intensité laissée passée par la diode serait suffisante pour faire fonctionner le relais. Cependant, nous avons constaté que cela ne fonctionnait pas. En effet le courant délivré par l’A.O. utilisé était trop faible (seulement quelques dizaines de mA). Donc sur les conseils d’un professeur d’électronique du lycée, nous avons utilisé un transistor  à effet de champ type N : utilisé en commutation, il fonctionne comme une résistance variable. Il s’agit grossièrement, d’un interrupteur commandé par une tension alors qu’un transistor habituel ou un relais peuvent être assimilés à des interrupteurs commandés par un courant.

Lorsque la tension entre la grille G et la source S, UGS, est nulle, la résistance entre le drain D et la source S RDS est très grande et le courant ne peut circuler dans le circuit de la pile.

En revanche lorsque UGS = 9V, La résistance RDS est très faible (< 0,4 W) et UDS = 0 V ou presque et le courant IDS dépend de l’alimentation, c’est  à dire de la pile de 4,5 v et de la résistance du fil résistif.

Nous contacter

Écrit par M. THIBAULT le . Publié dans Communication

Si vous souhaitez nous contacter, veuillez nous envoyer un mail à l'adresse électronique suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

CAYLA Alix

FOULLON Clément

GUINARD Julian

Professeur en charge du projet : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Comment couper la ficelle ?

Écrit par Guinard Julian le . Publié dans Le circuit de coupure

Ce composant va donc laisser passer le courant dans un circuit  alimenté par  une pile de 4,5V  en série (Doc.9) avec un fil résistif de résistivité r = 60 W.m-1. En supposant que ce composant a une tension quasi-nulle entre le drain et la source, ce que nous avons pu vérifier expérimentalement, la tension délivrée par la pile se retrouve aux bornes du fil résistif.

Un fil de 3 cm de long a donc une résistance de 60 x0,03 = 1.8 W soit environ 2W.

Pour solidifier le fil après plusieurs ruptures, nous avons dû torsader plusieurs brins. Avec 5 brins la résistance est divisée par 5, soit 0.,4W.

Le courant qui circule est donc de  I = U/R = 4,5 / 0.,4= 11 A d’après la loi d’Ohm

Suite à un problème dans la coupure de la ficelle lors d’un lâcher, nous avons décidé de changer la façon dont nous positionnons la corde par rapport au domino. En effet, avant la cordelette était simplement posée sur le domino, elle risquait donc soit de casser le fil car les forces ne s’appliquaient qu’en un seul point, soit de sortir du domino. Désormais, nous enroulons la ficelle autour du fil chauffant, ce qui permet d’équilibrer les forces qui s’appliquent en plusieurs points et la corde n’a plus aucun risque de sortir du domino étant donné qu’elle est enroulée autour du fil chauffant.

Ballon qui vole, presse au sol

Écrit par E.THIBAULT le . Publié dans Communication